Le petit chevalier Naïf, Michel Bussi et Nathalie Choux

Le petit chevalier Naïf, écrit par Michel Bussi et illustré par Nathalie ChouxÉditions Langue au Chat.

Après avoir découvert que tout était possible avec Stephen Hawking…Je vous propose de prendre la mesure de l’importance de la gentillesse avec le conte : Le petit chevalier Naïf. C’est le troisième conte tiré du roman Maman a tort, écrit par Michel Bussi.

Le petit chevalier Naïf

Ce très joli conte, raconte l’histoire d’un petit chevalier : Naïf . Il porte une armure en pétales de fleurs, un casque en plume, un livre comme bouclier et une flûte.

Le jour de naissance du chevalier Généreux, Naïf souhaite offrir un cadeau aux autres chevaliers. Il part cueillir des fleurs dans la forêt qui entoure le château. De fleur en fleur, il s’éloigne de plus en plus… Il rencontre une cigale et joue de la flûte pour elle, il croise un oiseau et lui offre une plume de son casque pour garnir son nid, il rencontre un lapin et lui lit une histoire de son grand livre et enfin il offre ses pétales à un papillon pour qu’il se repose…

Après ses belles rencontres, son bouquet bien garni, il retourne vers le château…quand il aperçoit une jolie princesse. Il la suit jusqu’ à une jolie petite chaumière…remplie de tous les personnages gentils des contes ( Le petit Poucet, Raiponce, Pinocchio, Aurore…).

Mais où sont donc passé les méchants ?? Les loups, les ogres, les sorcières???

Naïf va découvrir que les gens qui paraissent gentils ne le sont pas toujours, et surtout, que la gentillesse est le pari le plus raisonnable : c’est toujours elle qui gagne à la fin !

L’importance de la gentillesse

Cet album est réellement une jolie pépite. L’histoire et les illustrations sont magnifiques, autant dans la forme que dans le fond. Le vocabulaire est riche. Certains mots peuvent paraître un peu complexe au premier abord. Mais les enfants comprennent vite !

Le petit chevalier est certes naïf mais profondément gentil. Il offre sans attendre en retour. Et c’est précisément sa gentillesse qui le sauvera, car ses amis donneront l’alerte !

L’histoire peut paraître légèrement déstabilisante. Il est vrai, qu’ici, les gentils sont finalement mal attentionnés ! La morale de l’histoire est profonde et…viscérale. Il faut toujours se méfier des apparences. Certains préféreront réserver cette lecture à un public averti, disons à partir du CE2. Personnellement, je trouve qu’il est important d’expliquer aux enfants la nécessité de ne pas se fier aux apparences.

 « Je trouve que le conte est vraiment bien ! Parce que les méchants sont souvent des « gentils » ! Ils offrent des bonbons ou des cadeaux pour appâter les enfants. On peut pas toujours voir qui sont les méchants dans la vie, alors il faut faire attention ! »

Malo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.